Entendu ailleurs
Hasil Adkins
Franck / 21/02/2009
L'expression "bad motherfucker" a du être inventée pour des types comme Hasil Adkins. Dernier né d'une famille de dix enfants d'une famille de mineurs d'un bled des Appalaches. Hasil Adkins a vécu toute sa vie dans ce même village de Virginie. Il a commencé à jouer en 1955 et n'a pas arrêté jusqu'en 2005, année de sa mort. Il joue de la guitare, la caresse, la frappe, tape du pied et du manche sur une batterie et chante. Sa musique est tellement bonne que Miriam Linna, guitariste des Cramps, et Billy Miller ont créé un label pour la rééditer (et quel label, Norton Records).
Très prolifique il a enregistré une multitude de quarante-cinq tours pour des labels locaux. Hasil Adkins est un personnage hors normes, il boit beaucoup (bière, vodka, café) et compose énormèment, plusieurs milliers de chansons lui sont attribuées. Étant aussi un mécanicien très habile il a pu grâce à celà se consacrer sa vie durant à sa musique ne travaillant que quand nécessité se faisait sentir. Dans les années quatre-vingt il fait l'objet d'un culte auprès des connaisseurs, Norton Records réédite son travail, publie ses nouveautés. Trente ans après ses débuts sa musique n'a perdu ni de son urgence ni de son actualité. Il est exposé à un public nouveau qui découvre en lui un témoin vivant des racines sauvages du rock'n'roll.

www.deezer.com/#music/result/all/Hasil%20Adkins

Une vidéo repiquée d'une vhs, un documentaire de Julien Nitzberg, The Wild World Of Hasil Adkins.



Un documentaire est en préparation, My blue Star - The life and times of Hasil Adkins.

Photos associées:

Pour l'instant il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Editeur de texte (conseil : utilisez Firefox -> télécharger)
Gras Italic Souligné Centré Lien Taille: Couleur: